PARTAGER

Même si, jusqu’au moment où ces lignes sont en train d’être couchées, l’Autorité administrative a préféré faire montre d’omerta autour de l’autorisation ou non de la marche du 14 octobre prochain, il y a que de gros nuages planent sur la tenue de la manifestation de la Coalition « Mankoo Wattu Seneegal ».

En effet, Actusen.com a appris de sources généralement bien informées que les tenants du pouvoir ont décidé de convoquer les députés, le même jour et à la même heure, pour procéder au renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale. Et c’est à ce niveau que réside la plus forte probabilité pour l’opposition de voir sa marche être interdite. Ce, au « nom » du traditionnel motif de « risques de troubles à l’ordre public ».

« Déjà, en convoquant les parlementaires pour le renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale, la Coalition « Benno Bokk Yakaar » cherche à gripper la machine de l’opposition regroupée dans la Coalition « Mankoo Wattu Seneegal ». Car on verrait mal les députés de l’opposition troquer leur participation aux débats à l’Assemblée nationale contre une marche dans les rues de Dakar », souffle un membre de la coalition de l’opposition.

Ce n’est pas tout, dit toujours l’interlocuteur de Actusen.com. Car le régime en place, très enclin à interdire les manifestations politiques, pourrait invoquer l’argument, selon lequel il pourrait y avoir des menaces de troubles à l’ordre public, en cas d’autorisation de la manif. Et par conséquent, le Préfet du département de Dakar pourrait empêcher la tenue de la marche.

C’est dire que rien n’est encore gagné pour la Coalition « Mankoo Wattu Seneegal » décidée à tenir sa marche, avec ou sans autorisation de celle-ci. Reste maintenant, à savoir, si la Coalition de l’opposition aurait les moyens de sa politique de déchirer la fatwa de la Préfecture, si celle-ci prenait l’option de lui interdire la rue.

Dans tous les cas, les ingrédients d’une confrontation entre Pouvoir et Opposition se dessinent à pas de géants et pourraient être de nature à provoquer des soubresauts cauchemardesques préjudiciables à la stabilité sociale, si le Préfet devait opposer une fin de non-recevoir à la déclaration de marche des adversaires politiques du Président de la République, Macky Sall.

(Actusen.com)

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE