PARTAGER

Un médecin a été suspendu pour de supposées négligences lors d’une consultation par téléphone pour un bébé fiévreux.

Un médecin du centre d’appel du Samu d’Alençon a été suspendu de ses fonctions pendant un an dont six mois de sursis le 30 septembre 2016 après la mort d’un bébé de cinq mois survenue l’année dernière. Il lui aurait prescrit une dose inappropriée de doliprane.

“L’interrogatoire très insuffisant de la mère par le docteur B. n’a pas été à même de porter un diagnostic pertinent de l’urgence”, a tranché la chambre de discipline du conseil régional des médecins de Basse-Normandie.

Le nourrisson était décédé quelques semaines après la consultation téléphonique. Celle-ci, enregistrée, révèle des “manquements graves aux obligations déontologiques” et “une insuffisance de compétence professionnelle” de la part du médecin.

“Faute d’interrogatoire suffisant, le docteur B. n’a pu savoir que l’enfant était né prématurément à 35 semaines, qu’un rappel de vaccins avait été fait la veille et qu’un souffle cardiaque avait été diagnostiqué à cette occasion”, regrette le Conseil de l’Ordre.

Le médecin va contester cette décision estimée injuste. Les parents de l’enfant ont porté plainte, mais l’affaire a été classée sans suite.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE